Construit en 1919 en ciment armé, ce bateau de marchandises est d’abord employé au transport du charbon de Rouen à Paris. Racheté en 1929 par l’Armée du Salut, le chaland est alors transformé pour devenir un asile pour les sans-abris. Cette transformation, véritable projet confié à Le Corbusier, assisté notamment par l’architecte japonais Kunio Maekawa, a notamment consisté en un réaménagement du bateau, une surélévation de la barge et en une couverture par un pont-promenade.

Renflouée en 2020, après deux ans passés immergée dans la Seine, la Louise-Catherine se trouve aujourd’hui à l’état d’épave malgré son classement Monument Historique par arrêté du 9 décembre 2008. Porté par son propriétaire, l’Architectural Design Association of Nippon, ce projet de restauration conduit par l’agence DDA et les ingénieurs SECCO (PCCI) et SAMMI (structure), constitue un véritable enjeu de sauvegarde du patrimoine moderne.